Kenya: Une innovation pour les éleveurs

By ANA On 2016-12-12 19:46:55

Les habitants des villages de la région de Laikipia étaient désespérés de trouver une solution pour éradiquer une plante envahissante, scientifiquement connue sous le nom de «Opuntia Stricta». Cette dernière a provoqué pendant plus de 70 ans la mort de milliers de bétail, d’une valeur de plusieurs millions de dollars. Mais grâce à une nouvelle technique de vinification, le problème est à présent résolu. Elle est omniprésente dans la partie septentrionale de la circonscription, plus précisément à Maasai, Samburu, Turkana et Pokot, habitée par les éleveurs. Même les aînés, avec leurs pouvoirs et leurs croyances traditionnelles, n’ont pu faire de magie pour se débarrasser de cette plante qui se répandait rapidement. Joseph Lentunyoi, trente-sept ans est l’inventeur d’une nouvelle technique qui a sauvé les communautés, en utilisant les fruits de la plante pour faire du vin, du jus et de la confiture. Une recherche en permaculture. Enseignant et consultant en permaculture, Joseph a été formé à l'Institut de recherche de New South Wales, en Australie. «J'ai trouvé la plante quand je suis né, et mes dernières années de préoccupation était d’en faire usage au profit des populations. J'ai ensuite entrepris une recherche qui m'a pris cinq ans pour trouver ces produits. » La plante a été transformée en une source de revenus au profit des mêmes personnes qui voulaient s’en débarrasser. Les espèces ornementales exotiques fruitières sont très toxiques pour le bétail. Les animaux se nourrissent des fruits qui causent l'infection buccale, de la langue, des yeux, de l'estomac et de la gorge, en plus de la mort par cécité. « J'ai perdu 2 000 vaches d'une valeur de 140 000 dollars américains au cours des 10 dernières années. Les vaches sont mortes de suite d’infections causées par les fruits de l'Opuntia. Je ne peux réclamer d'indemnisation du gouvernement, parce que la plante n'appartient à personne », a déclaré un ancien du village, Anthony Lochukut, âgé de soixante-dix ans. L'homme derrière l'innovation Joseph a grandi alors qu’il était conscient de l'impact de l'Opuntia, et sa vision n'était pas de l'éliminer, mais de l'utiliser pour le bien des gens. Il a lancé son vin, sa confiture et son jus en juillet 2016. Le vin connu sous le nom de Naishamu Red Cactus Wine est emballé dans une bouteille de 750ml au prix de 5 dollars. La confiture est vendue en paquet de 500g à 3 dollars, tandis que le jus vient dans deux bouteilles différentes, à savoir celle de 1 litre pour 2 dollars et celle d’un demi-litre pour 1 dollar. La demande des produits est forte dans le nord de Laikipia. Les gens préfèrent consommer la confiture fabriquée localement au lieu d'acheter du beurre dans les supermarchés et il en va de même pour les jus, en particulier pour les enfants qui vont à l'école. Cependant, seule la confiture a été approuvée par le Bureau des Normes du Kenya (KBS). Quant aux vins et jus, ils font encore l’objet d’une évaluation par le KBS, bien qu’ils soient déjà vendus sur le marché en petite quantité. Le vin est l’innovation la plus appréciée. Les vieillards et les jeunes des villages en sont satisfaits, car ils ne peuvent se permettre une bière ou du vin moderne. C’est aussi une alternative aux bières traditionnelles, qui sont interdites par le gouvernement car plusieurs Kenyans sont morts et d'autres restés aveugles à cause de leur consommation. En effet, certains brasseurs mélangent leurs boissons avec des produits chimiques toxiques afin de rendre la boisson plus alcoolique. Les effets d'Opuntia Stricta Opuntia Stricta est considéré comme une plante environnementale dans plusieurs pays, dont l'Australie. Elle est classée comme espèce envahissante et enregistrée dans le top 100 des pires espèces exotiques. Selon M. Pilanto Ole Monsiamy, Opuntia couvre environ 70% du nord de Laikipia, y compris Ol-jogi, Impala, Moogoni et Male Ranches. La plante a couvert la plupart des pâturages, et a déplacé beaucoup de gens, en plus de bloquer l'accès à l'eau et les sources de bois de feu, car il forme un fourré. « La plante a deux épines qui affectent les gorges. Le haut des fruits a des épines douces qui sont difficiles à enlever lorsqu'il est en contact avec les yeux de l'homme ou du bétail. Les gens et le bétail ont perdu des sites à cause de la plante. Lorsqu’une épine pique une personne, elle se tort de douleurs pendant une semaine », indique Piranto. Originaire du nord de Laikipia, Piranto, un étudiant chercheur en gestion des terres à l’Université de Nairobi, confirme  les effets néfastes de « cette plante qui a tué au moins 30 000 bêtes d'une valeur d'environ 2 millions de dollars, au cours des quatre dernières années. » 70 ans de misère On pense que cette plante vient de l'Amérique du Sud, plus précisément du Venezuela et de l'Équateur, et elle est omniprésente en Australie. Cependant, on ne sait pas comment elle a été importée au Kenya, en particulier dans le nord de Laikipia. Mais les gens ici croient qu'un responsable de l’administration coloniale, connu dans la région par son surnom "Sero", l'a importée dans les années 1940 pour l’utiliser comme clôture pour sa concession. C'est tout ce que les gens de la région peuvent dire. Mais ces 70 ans de calvaire sont maintenant révolus, car l'Opuntia constitue dorénavant une source de revenus pour les éleveurs du nord du Kenya. Les gens ici veulent donc faire pousser la plante pour approvisionner leur usine de vin. Le projet devrait créer des emplois pour les jeunes dans les exploitations agricoles, le traitement du vin et dans les points de distribution. Joseph est convaincu que l'innovation est une puissance, et il est certain que les avantages du projet l'emporteront sur les effets négatifs enregistrés dans le passé.  
 
Par Daniel Sitole
 
Tags: 

Related post

2017-09-14 13:37:45

Cameroun Cosaco prom...

2017-06-09 07:00:02

Les cafés AGM : une...

2017-04-27 13:28:08

Gambie: les touriste...

2017-05-02 13:52:59

Ethiopie: Les facteu...

Newsletter

Subscribe to our newsletter

Featured Video

February, 26th 2018

February, 26th 2018

February, 26th 2018

View all